Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2018-06-25T16:09:14+02:00

Le manuel du parent parfait

Publié par Florence Beuken
Le manuel du parent parfait

Ce n’est pas une grande découverte, on sait qu’être parent aujourd’hui est bien plus complexe qu’il y a un siècle. Maintenant, on cherche avant tout à être heureux, et comme on n’est pas tous heureux de la même manière, on sort des cadres confortables et sécurisants de nos ancêtres.
Le problème c’est que sans ce cadre, ok on chemine vers notre propre bonheur, mais purée que c’est compliqué de trouver comment faire lorsque personne ne nous l’a expliqué. Ou que justement Tata Renée et Mamy Chantal nous on dit des choses, mais que ça ne correspond pas à notre vision de la vie/du respect de l’enfant/de la place de chacun/du conseil de la voisine ou l’enseignante ou de la psy ou de [à compléter].


Une super solution

 

Comme chaque problème a sa solution, et que s’il n’en a pas, quelqu’un la créera toujours, le Monde a inventé ... (roulements de tambour) les livres de parentalité !
Les bibles Pernoud et magazine Parents ont longtemps voyagé de mère en mère (oui, les pères étaient peu concernés à l’époque, ou du moins c’était ce qu’on estimait normal). Ces ouvrages apportaient des conseils, ces repères qui manquaient… Puis le Monde s’est dit que, quand même, avoir plusieurs sons de cloche, c’était pas mal. Donc il en a créé d’autres. Puis comme le Monde exagère toujours, il en a créé trop. Beaucoup trop. Une rapide recherche sur le net vous montrera qu’en guise de magazines, on a largement le choix (on a le choix d’avoir du bon, mais aussi du moins bon, d’ailleurs…) et en livres, comment dire … nous sommes carrément ensevelis ?

J’adore les livres, je ne peux pas m’empêcher d’en acheter ou d'en emprunter. Plein. Sauf que là, pour me tenir au courant de tout ce qui existe, c’est carrément impossible. Il me faudrait une équipe complète qui lirait et me résumerait tout ce qui sort chaque mois.
Du coup, je ne lis plus que ce qui m’attire vraiment. Comme ce livre, qui a sauté sur moi un jour, dans cette supergrandesurface. Il était si beau, avec toutes ses couleurs. Il était clair, plein d’images, de photos, des petits tests, des schémas. Le tombeur de ces lecteurs !
En plus ! Il était soldé à 4 euros ! QUATRE EUROS vous vous rendez compte ? Personne, non vraiment personne d’un tant soit peu intéressé par le sujet ne pouvait passer à côté !


Y a des livres, ils craignent !



Bon, j’avoue, il y avait un mais. Parce que malgré le fait qu’il soit paré de ses plus beaux atours, ce livre avait un titre qui ne me plaisait pas : « Comment être une super maman ? »
Déjà, pourquoi rien que les mamans ? Moi qui suis une fervente défenseure des papas, je n’aime pas trop qu’on les mette comme ça de côté. (Bon, je spoile un peu : ils apparaissent quand même en photo dans le livre, les papas. Deux fois. Une fois où ils jouent avec les enfants. Une autre où ils sont à table et attendent que maman apporte le repas. Du papa tout craché, quoi !)
Le mal était un peu rattrapé dans le sous-titre : « 10 compétences  dont tous les parents ont besoin ». Ok, "parents", mamans ET papas. (On pourrait même imaginer belles-mamans et beaux-papas, mais je crois que je deviens trop gourmande, là!) Par contre, on fait attention aux papas (bieeeen !),  mais il y a 10 compétences. 10 conditions, en gros, pour obtenir ce permis de Super Parent. (paaas bieeen !)

Ça, moi tout de suite, ça m’embête ! Parce que je n’aime pas les recettes, je n’aime pas le cadre, je n’aime pas les bulletins de note.
En fait, ce livre au physique parfait, il allait en séduire des parents. Des parents qui cherchaient des repères, des parents qui peut-être n’avaient pas trop confiance en eux parce qu’ils n’y arrivaient pas comme ils l'auraient voulu (des parents normaux, quoi ! Peut-être toi !)… il allait te séduire et puis PAF ! Il te montrait en un coup de table des matières que non, décidément être un super parent ce n’était pas pour toi.
Ben oui, parce qu’en plus tu pouvais les économiser tes 4 euros : tu pouvais te détruire le moral dès la première page, puisqu’elles étaient déjà écrites en toutes lettres ces fameuses conditions.



Je vous le dis tout de suite : je ne suis pas une super maman !
Et voilà. C’est foutu. Je vais même arrêter ce métier, revendre Grandechérie à cette auteure, qui doit être la seule supermaman au monde, et aller élever des chèvres dans le sud.
(J’espère que je trouverai le livre « Comment être un super éleveur ».)

Plus sérieusement, comme je l’ai dit, je suis quelqu’un qui  n’aime pas les recettes. Je trouve que des petites méthodes, simples, qui souvent ne sont que du bon sens, cela peut aider parfois. Mais il faut aussi s’autoriser à ne pas accrocher, à avoir d’autres façons de faire, qui peuvent même changer dans le temps ou selon les contextes.
Puis si par miracle une recette fonctionnait, il y a de fortes chances qu’elle n’aurait pas le même effet avec mes autres enfants, ou avec ceux de la voisine, ou dans un autre contexte. Donc globalement, une recette, il y a plus de chance que ça ne marche pas.
Et si on est un parent qui cherche des repères (ce qui est souvent le cas si on lit tout ça), c’est qu’on n’est pas très à l’aise avec notre façon de faire, de penser… Du coup, se planter même avec des recettes, ben souvent on va se dire que décidément on est vraiment trop nul.
Puis on se retrouve chez le psy !

Je me souviens particulièrement d’une maman qui après son premier atelier Parents-papote® m’a dit « mais en fait, je suis une bonne maman, j’en avais toujours douté ! ». MAIS OUI !


THE recette pour être un bon parent

Moi, la recette que j’ai envie de vous donner, c’est celle-ci :
Pour être un super papa/une super maman, vous devez :
1. Etre un papa/une maman
2. Avoir une cape.


Comment ça, c’est ridicule ? Non ! pas plus que nous demander d’être TOUJOURS bien dans notre peau, calme, zen, attentif, en forme, tel qu’on espérait être et j’en passe.
Bien sûr qu’il est normal de se poser des questions, bien sûr qu’il est normal de ne pas y arriver, de péter un câble, d’en avoir ras le bol. Bien sûr qu’il est normal de se sentir largué face aux méthodologies trop théoriques, parce que nous sommes humains, nous sommes uniques, et nous sommes merveilleux !



Alors lâchez-vous la grappe !

Soyez fier de tout ce que vous faites déjà de bien ! Soyez fier de qui vous êtes !
Et si vous avez envie de rester qui vous êtes, tout en vous sentant mieux et en gérant ces petites choses qui vous embêtent, on peut en parler ici, en commentaires ou lors du défi « Je deviens le parent que je suis » dès juillet !





 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog