Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2020-02-11T09:36:32+01:00

L'auto-bienveillance ou la théorie de la vessie

Publié par Florence Beuken

Avec l'explosion des burn out, on commence (enfin) à nous le dire : pensez à vous ! 
Des histoires, des images nous aident à comprendre pourquoi l'égoïsme (à doses raisonnables, bien sûr) n'est pas un défaut, mais une nécessité. Ce matin, une image m'a semblé encore bien plus parlante que toutes celles que j'avais déjà lues ou entendues.

 


J'avais déjà entendu le parallèle fait avec les masques à oxygène dans les avions.
Et effectivement, c'est très parlant. Vous avez déjà probablement tous pris l'avion, et si vous avez pris la peine d'écouter les consignes de sécurité, on nous le répète : en cas de problème, toujours mettre son propre masque à oxygène avant de s'occuper des autres. Quand on y réfléchit deux secondes, c'est tout à fait logique : si j'utilise du temps à m'occuper des autres personnes, en l'occurrence des personnes plus faibles, en leur mettant leur masque par exemple, je ne serai pas moi-même en sécurité. Et il est possible que je perde connaissance avant même d'avoir pu les aider. Ce qui est quand même balo, avouons-le.



Maintenant, je vais vous demander de lever la main si vous avez déjà vécu la situation décrite ci-dessus. Je pense que très peu d'entre nous, et heureusement, l'avons vécue. Donc nous pouvons comprendre, intellectuellement, cette logique, bien sûr. Mais le mental ne parle pas aussi bien que l'expérience, l'émotion, le vécu.

C'est donc ce que je vais vous proposer d'explorer comment nous pouvons vivre une expérience qui répond à la même logique, d'une manière certes moins tragique (quoique) mais bien plus fréquente. Pour cela, je vous invite chez moi.
Nous sommes mardi matin, il est 7h. Je suis encore sous la couette, dans un demi-sommeil. J'entends, à l'étage du bas, un peu d'agitation : ma fille se prépare pour l'école. Bientôt, je me lèverai, comme chaque matin, pour lui faire son "bisou de bonne journée". En attendant, je continue de profiter de mon oreiller moelleux, de ma couette toute douce et de la chaleur de mon lit (toujours plus confortable le matin au réveil que quand on essaie de s'endormir le soir, vous avez remarqué?)
Tout est parfait. Enfin, tout le serait si je n'avais pas CETTE ENVIE PRESSANTE DE FAIRE PIPI !

 



A ce moment, j'hésite. Parce que non seulement c'est difficile de choisir entre la délivrance du pipi ou la chaleur du lit. Mais en plus parce que j'ai la vision de ma fille qui, alors que sautillant sur place je m'apprête à rentrer dans les toilettes, me saute dessus pour raconter un truc super important, me faire signer le papier méga urgent qu'elle a oublié de faire signer depuis une semaine, ou encore me faire un gros câlin qui ne peut pas attendre.  

Et là, je pense à vous. Parce que je me dis que cette situation est peut-être l'une des rares où on va se permettre de dire à notre enfant/conjoint/boss (enfin au bureau, pas au saut du lit) "Attends juste deux minutes, j'arrive ensuite".
Le pipi salvateur, finalement, qui va nous permettre, une fois n'est pas coutume, de nous faire passer avant.

Et même si vous êtes du genre à vouloir être présent à tout prix, imaginez... Vous sautillez sur place, vous serrez les cuisses, vous n'en pouvez plus, ça demande toute votre concentration. Etes-vous présent autant que vous le voudriez? autant que votre enfant/conjoint/boss en a besoin? Arrivez-vous à écouter?être attentif à l'autre? ... Plus votre besoin sera grand et plus vous tarderez à y répondre, moins vous pourrez être là pour ce proche.  


Pourquoi ne pas le faire pour d'autres choses?

"Ben là c'est un besoin, en fait. Il arrive un moment où je ne peux plus attendre"!


Mais des besoins, il y en a plein d'autres, nom d'un p'tit bonhomme ! Et pourtant vous les ignorez la plupart du temps. 
Besoin de calme, de solitude, d'apaisement et j'en passe... Pourquoi ne pas en tenir compte?

 



Ces besoins que vous niez, certes, ils ne vont pas laisser une flaque sur le carrelage, mais ils vont faire probablement plus de dégâts. Des dégâts invisibles d'abord. Qui vont finir par fatiguer votre corps, entraînant un épuisement au niveau émotionnel, relationnel... Et bardaf, c'est l'embardée !

Ecoutez vos besoins psychologiques autant que votre vessie !


Mettez votre masque à oxygène... Vous serez alors plus serein et disponible pour ceux que vous aimez.


Un avis? Venez le donner en commentaire.
Envie de recevoir mes prochains articles? Abonnez-vous !
Pour en savoir plus mon site est ici !


 




 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Annaick Haulle 19/02/2020 22:22

Ah mais ça me parle vraiment !! Pour arriver à faire ce pipi seule j'ai même dit que qui venait me parler à ce moment là devait ensuite me parler des devoirs à faire et de ses notes... Ça les a un peu calmé mais pas tant que ça ! très belle image et chouette article en tout cas !

Florence Beuken 20/02/2020 15:41

Ahahah j'adore l'idée !
(Mais dangereux aussi, parce qu'il fallait bien parler des devoirs et des notes à un moment, non? :D)

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog