Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2020-03-23T15:24:50+01:00

S'il suffisait qu'on s'aime...

Publié par Florence Beuken

Notre chère Céline se faisait déjà cette réflexion il y a pas mal d'années. Pourtant, les comédies romantiques continuent de nous faire croire à la magie de l'amour, celle qui permet de tout traverser, main dans la main, toi et moi contre le monde entier... et contre le covid19 ! 

 

Certains y arrivent. C'est vrai. Et ils se font entendre, haut et fort, sur les réseaux sociaux, comme Josiane "Je ne comprends pas tous ces articles ! Mon mari et moi ça fait 30 ans qu'on vit ensemble, on est très fusionnels, je ne vois pas où est le problème. Si on s'aime, être confinés ensemble n'est pas un problème ! "

Chère Josiane, j'ai tout d'abord envie de vous dire bravo pour cette longévité. Je ne pense pas que vous ayez traversé ces trente années en étant toujours au haut de la vague, être en couple demande des ajustements, de la communication, de la prise de recul... ce qui n'est pas toujours facile ! 

Sachez aussi que tous les couples ne sont pas fusionnels, ils sont même plutôt rares. Donc oui, il est probable que ces couples qui ont un fonctionnement très différent de celui de confinement vont devoir se réinventer, pour quelques semaines, afin de ne pas (trop) vivre de tensions, ou les traverser sans dégâts.

Enfin, peut-être avez-vous la chance d'avoir les ressources nécessaires à une bonne intelligence émotionnelle, relationnelle. Auquel cas, effectivement, cela vous semble peut-être aller de soi. Malheureusement, nous apprenons énormément de choses à l'école, mais ces apprentissages-là n'en font pas encore suffisamment partie. Et il y a peu, les émotions étaient encore prohibées.


Quelles sont donc ces habitudes que vous avez probablement sans le savoir, un peu comme Monsieur Jourdain, et que vous pourriez partager à ces couples?

 

Des choses à se raconter



Comment ça se passe d'habitude : 

A part dans la phase "lune de miel" où on a tout à se raconter, sur soi, sa vie, ses envies, ses projets, ses sentiments... un couple en général vaque à ses occupations durant la journée et se retrouve le soir. Chacun a alors son petit rituel où on va se raconter la journée, les bonnes ou mauvaises nouvelles, les anecdotes des collègues, le joli mot du petit dernier...


Ce que Josiane fait (peut-être) :

Probablement, Josiane, vous aussi, même si vous êtes toujours l'un avec l'autre, avez-vous mis en place des activités un peu différentes, ou avez-vous des sujets de conversations sur lesquels vous pouvez vous amuser à débattre?


Les leçons à en tirer en cette période de confinement :

Préservez des moments où vous allez faire des choses de votre côté. Certes, vous pouvez tout à fait profiter pour faire plus de choses ensemble, aménager les horaires. Mais conservez ces petits moments où vous faites des choses différentes, que ça soit le boulot, ou simplement des activités. Il y a probablement des choses que vous aimez faire, mais en solitaire, ou encore que votre conjoint n'adore pas. Profitez-en, ça fera des choses à raconter. Si en plus vous avez défini des horaires, même approximatifs, cela vous aidera à savoir quand être disponibles l'un pour l'autre. 

 

 

Des besoins exprimés

 

Comment ça se passe d'habitude : 

Les fonctionnements de couple diffèrent vraiment d'un couple à l'autre. Mais un aspect qui se retrouve chez beaucoup est celui de croire que l'autre peut lire dans nos pensées. Certains, selon la sensibilité et la connaissance mutuelle, peuvent effectivement parfois en arriver à quelque chose de semblable. Ceci dit, la plupart du temps cela peut créer des insatisfactions, de la tristesse, de la frustration... qui, selon les cas, l'intensité et l'accumulation peuvent créer des tensions très compliquées à vivre.
 

Ce que Josiane fait (peut-être) :

Peut-être que Josiane exprime, simplement ses besoins à son Jules. Et que celui-ci les entends. (Et vice-versa)
C'est évidemment la meilleure des choses à faire.
Mais il se peut également que leur couple a pris l'habitude d'une relation complémentaire : un dominant, un dominé. Ils ne s'en rendent même plus compte, mais les décisions sont très souvent unilatérales. Peut-être que ça peut leur convenir, ça s'est vu. Mais peut-être aussi que le dominé, qui accepte que l'autre dirige la barque, apaise, voire noie sa frustration, voire sa colère lors d'activités solitaires, comme le jardinage, le bricolage, les loisirs créatifs, les moments entre potes ou copines, ou encore à s'occuper des petits enfants.
Selon les activités prévues, mais aussi avec ce stress permanent (avec les réseaux sociaux, la télé en permanence allumée sur les infos), il est possible que l'un ou l'autre ne trouve plus sa bulle nécessaire à l'apaisement et que, l'autre étant omniprésent n'accentue encore ce sentiment de frustration. 


Les leçons à en tirer pour cette période : 

Exprimez-vous ! Et pas quand vous êtes déjà prêt.e à exploser, non dès que ça ne va pas. Parfois même déjà avant ! 
Pour ce faire, rappelez-vous que l'autre n'est pas dans votre tête. Il n'a pas la même vision de la situation que vous. La plupart du temps, il ne le fait même pas intentionnellement. Donc à vous de lui expliquer VOTRE réalité.
La communication non violente est une communication qui prend en compte ces différences de point de vue, aide à entrer dans le monde de l'autre avec bienveillance et respect, protège la relation, mais aussi les attentes et besoin des deux parties. C'est une habitude à prendre, mais une fois qu'elle devient plus naturelle, elle semble tellement aller de soi.

De manière simplifiée, on peut en retenir ceci : 
- Je parle de MOI, de ce que je vis. Je commence donc par "je", et non par "tu" (Les "tu n'as pas fait ceci" risque très souvent d'être compris comme des attaques... et de générer une contre-attaque qui mène généralement à l'escalade. Préférez vraiment le "je")
- J'exprimes les FAITS (pour que mon conjoint comprenne comment j'ai vu ou perçu la situation), mes EMOTIONS par rapport à cette situation, les BESOINS qui ne sont pas rencontrés, de par cette situation, et j'explicite mes ATTENTES. 

Puis, en vous ménageant des temps pour vous, cela aide aussi à faire retomber les éventuelles tensions. Toujours plus simple pour s'exprimer en mode "non-violent". (Quand on est en plein dans l'émotion, à chaud, on n'est pas capable de réfléchir, de mentaliser ce qui se passe pour nous... Prenons un peu de recul, soufflons, pour comprendre puis exprimer calmement ce qui se passe.)

 

 

Le plaisir de se retrouver

Comment ça se passe d'habitude :

Chaque petite séparation signifie qu'il y aura des retrouvailles. Ces séparations, chez certains couples, peuvent parfois durer plusieurs jours, selon les emplois par exemple. Et souvent, on est heureux de se retrouver. La plupart du temps, les séparations, c'est le boulot, les activités, les soirées avec les amis respectifs. De petites séparations, que l'on ne voit d'ailleurs pas comme telles. Mais qui sont aussi des bouffées d'oxygène qui vont rendre plus savoureuses la vie en commun. 

Ce que Josiane fait (peut-être) :

Même en étant très fusionnels, Josiane et son Jules se retrouvent probablement. Parce que se retrouver, ce n'est pas seulement se séparer physiquement pendant plusieurs heures ou jours, c'est aussi se retrouver dans des contextes différents, c'est aussi avoir simplement des activités différentes à certains moments de la journée (même si on se trouve dans le même pièce).
C'est réinventer à chaque fois son couple, prendre conscience à chaque moment du plaisir que l'on a de revenir l'un vers l'autre.

Les leçons à en tirer pour cette période : 

Les retrouvailles ça peut être aussi simplement se retrouver dans d'autres conditions : changer des habitudes, changer de lieu (pourquoi pas faire un pique-nique au milieu du salon, ou dans le jardin?), préparer une surprise, se séduire à nouveau, pimenter sa sexualité...



S'il suffisait qu'on s'aime...

Mais non, l'amour ne suffit pas. En temps normal, comme en temps de confinement.
S'aimer, et préserver cet amour d quotidien, des différences individuelles, c'est tout un art.

Et si on profitait du confinement, pour expérimenter de nouvelles façons de se retrouver?

 

Voir les commentaires

2020-03-13T14:23:44+01:00

Au secours, l'école est fermée !

Publié par Florence Beuken

On en parlait depuis quelques temps en riant, mais là ça y est, les écoles sont fermées. Dès aujourd'hui, la plupart d'entre nous sont à la maison avec les enfants. Et on peut le voir sur les réseaux sociaux, chez certains c'est la panique ! 
Il faut dire que ce ne sont pas des vacances (peut-être même aurons-nous toujours notre charge de travail télétransportée à la maison), parce que nous ne pourrons pas nous aérer l'esprit dans des festivités, rencontres, concerts, séances ciné, nous ne pourrons pas les emmener se défouler à l'aire de jeux couverte et toutes ces choses très chouettes que nous faisons habituellement lorsque nous passons des journées entières avec eux.
C'est un peu comme quand tout le monde est malade et qu'on est tous enfermé chez nous. Sauf que là, tout le monde pète la forme (enfin surtout les enfants) !

 

Le scénario catastrophe que beaucoup ont imaginé est une maison sens dessus dessous, les enfants survoltés, qui s'ennuient, se disputent, ne veulent pas faire les devoirs envoyés par l'école, notre boulot qui en pâtit, parce que vas-y pour te concentrer dans un souk pareil, la nervosité qui nous prend, l'envie d'être seul.e, un bon gros ras le bol et les cris qui l'accompagnent... 

Pourtant cette période, certes peu habituelle, pourrait s'avérer être l'occasion de prendre de nouvelles habitudes de vie en famille, d'aborder les choses positivement et peut-être même prendre du bon temps tout en posant les fondation de notre future vie plus sereine.

 

 

Comment veux-tu que je bosse avec les enfants ?

 



Si vous télétravaillez, dites-vous qu'on est souvent bien plus productif chez soi qu'au bureau. Donc inutile de culpabiliser si vous ne parvenez pas à travailler autant d'heures qu'au siège de la boîte, puisque vous aurez probablement travaillé mieux en moins de temps. 
Vous pouvez donc profiter de ce temps gagné pour commencer par préparer la journée avec vos enfants, penser organisation avec eux. Ils auront, en principe, eux aussi du travail. En fonction de leur âge, vous pouvez leur permettre de goûter peu à peu à l'autonomie : une séance de travail chacun de son côté puis on regarde ensemble ce qui était difficile ou pas compris, par exemple. Ou, s'ils sont plus jeunes et ont besoin de vous à leurs côtés : "on fait ce devoir ensemble puis tu fais telle activité seul pendant que je fais mes devoirs de mon côté. Je suis là, mais pas disponible pour un petit moment."
Les enseignants auront peut-être des supports à leur proposer, mais n'hésitez pas non plus à chercher avec eux des documentaires sur le sujet étudié, souvent ce qui est expliqué de cette manière est plus facilement compris et mémorisé. Tout bénéf. 
Rappelez-vous aussi que vous n'êtes pas enseignants ! C'est un métier, cela demande les connaissances, l'expertise, les connaissances pédagogiques. Ici, on pallie, on ne remplace pas. Donc pas de pression inutile, encore une fois. Vous faites ce que vous pouvez, comme vous le pouvez. Point.

Si vraiment le télétravail ne va pas être possible, que vous n'avez pas de solution pour garder votre enfant, sachez que la CPAM met en place une aide financière (comme pour un arrêt maladie) pour les parents d'enfants de moins de 16 ans dans ce cas. (Un parent à la fois, par contre). Il suffit de se déclarer sur le site declare.ameli.fr, ceci est valable tant pour les employés que pour les indépendants et auto-entrepreneurs.

 

 

Et si on réinventait nos journées ?

 

Après un passage à ne voir que le négatif de cette situation, j'ai décidé, hier, que ça ne servait à rien et ai chaussé, comme je le conseille souvent, mes lunettes roses. 
Cela m'a permis aussi de rassurer ma fille de 15 ans qui, hier justement, s'est rendue compte de la portée des mesures : non, elle ne pourrait pas voir ses potes pendant plusieurs semaines ; non elle ne pourrait pas faire du shopping ... 
Nous avons donc convenu que, puisque ces mesures sont nécessaires pour la santé de tous, que nous ne pouvions rien changer à cette situation, il était mieux pour nous de voir quel profit en tirer. Et ce profit c'était l'occasion de faire des choses que nous n'avions pas le temps, pas l'idée, pas l'occasion de faire habituellement dans nos journées de ministres. Nous avons choisi de créer une nouvelle routine.

 



Pour vous donner une petite idée, voici le planning de nos journées pour les semaines à venir :

Matin :
- Balade de 30 minutes (nous habitons en pleine campagne ; cette balade sera peut-être mutée en séance de gym en cas de confinement total)

- Méditation

- Travail / devoirs

Après-midi : 

- Rendez-vous skype avec les amis, collègues...

- Activité individuelle ou en famille : créativité (loisirs créatifs, jardinage, déco...), bien-être (cosmétiques maison, relaxation, masque...), cuisine...

Les soirées se passent de manière habituelle, mais plus "slow".

 



C'est bien joli, mais le ménage?



Et bien, si ce n'est pas encore le cas, ça peut être l'occasion de les faire participer à la vie de la maison.
Il y a de fortes chances que si vous passez du temps de qualité avec eux, par des jeux, une attention différente, ils seront aussi plus ouverts au fait de prendre part aux tâches ménagères. Pourquoi ne pas les proposer sous forme de jeu, de défi, voire de moment quasi-agréable (oui, "quasi", faut pas déconner non plus) avec la musique à fond et en chantant à tue-tête ?

Cette femme peut aussi être un homme ou un enfant ;)

 

 

 

 

 

 

 

Ils vont vouloir passer leur vie sur les écrans !

 


C'est probable. Pas vous?

On a tendance à diaboliser les écrans, à raison pour certaines choses, à tort pour d'autres.
Ce qui est néfaste c'est de passer son temps sur un seul type d'activité et de se couper des autres. Par exemple passer sa journée sur Netflix, ou sur les jeux vidéos, et de ne faire que ça, sans plus parler à ses congénères, sans plus se dépenser physiquement. 



Par ailleurs, les écrans sont un moyen de répondre à un certain nombre d'objectifs : travailler, apprendre, s'informer, créer, se relaxer, se changer les idées, et même... (surtout en cette période) garder le lien social ! 
Donc oui, il est probable que durant ce confinement, ce média sera un média de choix. 
Pour ceux qui ont des ados, n'oublions pas que les amis sont importantissimes. Ils passent souvent avant tout, leur lien est ce sur quoi ils construisent leur identité de futur adulte. Il est essentiel pour eux de pouvoir rester en contact.

Pour ceux qui s’inquiéteraient des leçons à apprendre, de devoir prendre la place des profs, il existe un tas de documentaires qui pourront être un super support d'apprentissage pour eux. Certains musées ont ouvert gratuitement leurs portes virtuelles, et un nombre impressionnant d'éditeurs de manuels scolaires ont mis leurs ressources à disposition. Tout ça sur des écrans... mais pour la bonne cause ! 


Personnellement, même si je veille à maintenir un équilibre entre les temps d'écran et les moments à me dépenser ou à partager des moments "irl" avec ma famille, je serai pas mal sur mon pc, pour rester en contact avec vous, mais notamment aussi à jouer à des jeux vidéos (ce qui peut d'ailleurs aussi être un chouette moment de partage, avec ma fille ou avec mon conjoint) ou à regarder des films et séries sur Netflix, que je ne prends peut-être pas le temps de regarder en temps normal.

 

 

On étouffe ! 

 

Si pour certains d'entre nous, l'idée de rester à la maison, ne pas bouger, est plutôt agréable, il faut avouer que pour d'autres cela peut rapidement tourner à la sensation d'emprisonnement voire d'étouffement. Pour les enfants, on peut même presque généraliser cette sensation qui génère en général au bout de quelques heures voire minutes une transformation "hulkienne" assez impressionnante ! 


Que faire?


Plutôt prévenir que guérir ! En fonction de la réalité de vos habitation, il s'agira de créer des espaces (ou des espace-temps) où tout le monde pourra se défouler. Une heure de Boum quotidienne, où chacun crée sa playlist tour à tour? Un jogging ou foot dans le jardin pour ceux qui en ont? Une séance de cri-du-monstre dans un temps donné? Des temps de "récré" bien cadré où, pour une fois, on peut courir et crier dans la maison?



Ma fille, qui démarre ses devoirs à distance a reçu la consigne du jour de son prof de sport : l'exercice du Mont Blanc, monter et descendre les marches de l'escalier, de plus en plus rapidement, pendant 5 minutes. Pour ceux qui le souhaitent, faire cet exercice sur "Le lundi au soleil". Sa conclusion : "5 minutes c'est long, finalement, je suis crevée !" 

 



On étouffe ! (bis)

 

On a beau les aimer plus que tout, il faut bien avouer que ces petits moments de solitude que l'on a au fil de la journée sans même s'en rendre compte (pendant les trajets en voiture, ou jusqu'aux transports en commun par exemple) sont vitaux. On a besoin de respirer. 
Et là, ça va s'avérer compliqué. Et long.
Si on ajoute à cela le stress, l'incertitude des semaines à venir, la peur, voire l'angoisse générée par certains médias, l'ennui, les tensions... cela peut rapidement tourner au pugilat, même pour les plus calmes d'entre nous.


Il convient donc de créer, renforcer, réinventer les règles de vie en commun. On peut , pour cela, se réunir, et demander à chacun ce dont il a besoin pour se sentir bien avec les autres, et éditer des règles qui permettront à tous de voir ses besoins comblés.
Il convient également de prévoir des sas : une bulle individuelle, une bulle conjugale (autant de bulles que l'on veut, en fait) et de délimiter clairement où, quand, comment on respecte les bulles de chacun.


 

 

 

Pour que nous puissions nous soutenir et partager des idées, j'ai ouvert le groupe Facebook "Au secours, on est enfermés". N'hésitez pas à nous rejoindre.



Pour aller plus loin et profiter de cette période pour créer une nouvelle façon de vivre ensemble, je vous invite à rejoindre le programme "Confinement : mode survie (relationnelle)". Vous recevrez deux à trois fois par semaine, des conseils, tuyaux, théorie (mais pas trop) pour apprendre à mieux communiquer, gérer votre stress et retrouver l'harmonie familiale... en période de crise, mais aussi après ! Ce programme vous donnera également accès à un groupe facebook secret, où échanger de manière plus personnelle sur notre vécu de la situation et, pour ceux qui le souhaitent, à un accompagnement thérapeutique à tarif préférentiel.


 

 


 

 

 



 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog